larouste.blog4ever.com

larouste.blog4ever.com

Aux pieds de Madame

Madame m'appelle au salon, elle me fait des remontrances sur ma paresse à la satisfaire,
je l'écoute debout droit et raide, tête baissée.

Elle menace d'une correction par le fouet. Terrifié par une punition que je ne pourrais supporter je me jette, à genoux devant Madame assise, en jupe bas escarpins (tenue sobre féminine et sévère), moi en petit haut moulant, string, collants ballerines. Je supplie la clémence, promettant amélioration de ma dévotion.
Je promets, je supplie, Madame est silencieuse, Je lui baise le dessus des pieds.

Elle me dit de bien m'appliquer si je veux gagner son pardon. A porté des mains de Madame est posé un martinet. Je suis maintenant les fesses à l'air en train de baiser les pieds de Madame. Délicatement elle fait glisser les lanières sur mes fesses, pour me rappeler mon engagement. Je m'applique de mon mieux.

Plus haut dit-elle. Je remonte en baisant ses jambes qu'elle vient d'écarter. Toujours plus haut, je remonte le long de ses jambes. J'arrive à l'antre d'une plus grande excitation, ma langue s'évertue à solliciter l'ouverture de ses lèvres afin de couver son bourgeon de plaisir. J'ai maintenant ma tête sous sa jupe, les bras le long de ses cuisses j'étreins de mes mains ses fesses pulpeuses.
Suis-je synchronisé avec son plaisir, mon mouvement suis t il ses pensées ?

« Slak !», un coup de martinet sur les fesses, « Slak », Madame me remet au pas, elle s'indigne.

« Slak !», elle me rappelle à l'ordre. Je m'évertue, je m'évertue,…

« Slak !», elle accélère le rythme, comme la cavalière qui mène sa jument pour rempoter la course.

« Slak !», pas le droit de faiblir, « Slak ! », ou on me fera goûter au pire.

« Ahhhhh…. », une profusion liquide m'annonce une trêve, quelques caresses mielleuse dans mes cheveux m'assurent de sa satisfaction.



01/07/2007
1 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 42 autres membres